Pourquoi ce livre ?

Intervenant l'une et l'autre sur la scène intellectuelle et médiatique française et sur des thèmes assez semblables, il était inévitable que nous ayons envie de nous rencontrer et que nous y parvenions un jour.

L’une est rabbin, l’autre est islamologue. L'une est femme et l'autre homme, et ce n'est pas une mince différence ! Juive ou musulman, nous le sommes chacun de manière singulière… Il y a mille et une façons d’être juif ou musulman !

Mais au-delà de nos différences, nous avons tous deux compris que la Bible et le Coran n’étaient pas étrangers l’un à l’autre. Et tous deux nous revendiquons la liberté de la recherche et de la parole religieuses : une liberté responsable, qui prend en charge les questions et affronte les conflits. Or, de nos jours, partout des fondamentalismes et des mouvements identitaires se prévalent de traditions anciennes qu'ils croient pouvoir faire remonter aux origines de leur foi.

Nous en sommes convaincus : être « héritier » ne consiste pas à mettre ce qui a été reçu dans un coffre fermé à clé, mais à le faire fructifier. Cela ne consiste pas à reproduire à l'identique ce qui a été reçu, mais à le renouveler.

Nous espérons que notre parole libre et résolument fraternelle fera surgir beaucoup d'autres paroles libres et fraternelles !

D. H. et R. B.

  Curtis Marea, professeur à l'Institut d'étude de l'évolution humaine et des changements sociaux de l'Université d'État d'Arizona, nous livre ses hypothèses

 La plus grande vague de migrants a déferlé sur le monde il y a environ 100 000 ans. À cette époque, Homo sapiens quitte l'Afrique et aborde l'Eurasie. Ce petit pas pour l'humanité marque le début d'une expansion inexorable : nos ancêtres finissent par gagner tous les continents et de nombreux archipels. Sur leur route, ils rencontrent d'autres espèces humaines, tel Néanderthal, qui disparaissent toutes, à l'instar d'un grand nombre d'espèces animales. Le passage en Eurasie d'Homo sapiens est sans doute l'événement migratoire majeur de toute l'histoire de l'humanité. Mais pourquoi l'espèce Homo sapiens, l'« homme moderne », est-elle la seule à avoir suivi ce chemin ?

 

Le développement du numérique a longtemps signifié la valorisation des métiers d'ingénieurs. Céline Bähr explique que cette tendance est en train de s'inverser au profit de profils plus littéraires, perçus comme plus réactifs et innovants.

Les géants du numérique ont publié plusieurs offres d'emploi destinées non pas à des ingénieurs, ni même à des commerciaux ou des spécialistes du marketing, mais à des profils littéraires.

Grâce à ces plumes, vous vous lasserez peut-être un peu moins vite de la conversation de votre assistant Google Home. Outre des ingénieurs géniaux, les GAFAM ont besoin d'alchimistes sociaux. Les profils généralistes et littéraires sont de plus en plus recherchés par les entreprises du numérique. En plus de n'être pas directement menacés par les progrès de l'intelligence artificielle, ils ont les qualités pour s'adapter à un monde dont la seule constance semble être le changement.

Le grand physicien Stephen Hawking est décédé le 14 mars 2018. Véritable légende de la physique, il fut aussi un talentueux vulgarisateur de ses travaux de recherche : trous noirs, théorie des supercordes, rayonnement de Hawking, théorèmes sur les singularités... 

Cet astrophysicien né le même jour que Galilée (un 8 janvier) et décédé le jour où Albert Einstein aurait eu 139 ans, aura impacté et renouvelé l'héritage de ce dernier probablement plus que tout autre jusqu'à maintenant (à l'exception peut-être de Roger Penrose et John Wheeler) en ce qui concerne la relativité générale et le problème de sa réconciliation avec la théorie quantique.

Il a aussi défié la maladie de Charcot et la mort (Voir films et documentaires  A Brief History Of Time, d'Errol Morris, Une merveilleuse histoire du temps, avec Eddie Redmayne et Felicity Jones, un téléfilm de la BBC (nettement plus fidèle à la réalité que Une merveilleuse histoire du temps), dans lequel Benedict Cumberbatch joue le rôle de Stephen Hawking.