Réflexion sur le transhumanisme

 

L’humanité serait-elle en marche vers le meilleur des mondes  ?

 Depuis le 17ème siècle, les Hommes vivent trois fois plus longtemps. Certains chercheurs travaillent aujourd’hui à atteindre l’immortalité ….

 Le transhumanisme est un mouvement culturel et philosophique qui prétend qu'il est souhaitable et  possible, d'améliorer l’humanité par la science, la technologie, les biotechnologies, l’électronique, la robotique et aussi la spiritualité, de la libérer de ses limites biologiques, de surmonter l’évolution naturelle. Cela pourrait signifier changer l'humain, le libérer des contraintes de sa condition, comme le handicap, la souffrance, la pauvreté, la maladie, le vieillissement, la mort...

 En quelques décennies nous aurons radicalement modifié notre rapport aux technologies, à l’intelligence, aux savoirs.. 

 Espoir, inquiétudes, réalité, fiction ? d’innombrables et passionnantes questions se posent sur ces perspectives.

Introduction au sujet

 

La conscience... n'est pas un long fleuve tranquille

Être conscient lorsque nous agissons, éprouvons quelque chose, réfléchissons, etc. c’est posséder simultanément une connaissance de ces actes, sensations, réflexions. Cette connaissance peut avoir tous les degrés de clarté, depuis le sentiment le plus vague jusqu’au savoir le plus évident.. Conscience du monde, comme attention ou sensibilité à ce qui se passe en dehors, conscience de soi comme état intérieur ou sentiment de notre existence,  conscience morale, permettant de distinguer le bien du mal et ayant un but principalement pratique … Et il y a bien sûr l’inconscient et aussi la réflexion sur soi, la connaissance des mécanismes de l’intériorité que, de nos jours, la psychologie entreprend de dévoiler…

 

 L’UTOPIE

Recherches sur le sujet

 Le mot « utopie » apparaît pour la première fois au XVIème siècle. C'est Thomas More qui l'invente lorsqu'il écrit en 1516 son “Court traité sur la meilleure forme de gouvernement”.

Du grec "u", préfixe négatif, et "topos", endroit, "utopie" signifie donc "qui ne se trouve nulle part".

 Dans le langage courant actuel, "utopique" veut dire impossible ; une utopie est une chimère, une construction purement imaginaire dont la réalisation est, a priori, hors de notre portée. Or, paradoxalement, les auteurs qui ont créé le mot, puis illustré le genre littéraire inventé par Thomas More en 1516, avaient plutôt pour ambition d'élargir le champ du possible, et d'abord de l'explorer

 Ce n'est qu'au milieu du XIXe siècle que le sens courant actuel s'impose et que l'utopie en vient à désigner un projet politique ou social qui ne tient pas compte de la réalité. Pour quelques-uns, que justement la "réalité" n'enthousiasme guère, il s'agit là d'une qualité essentielle ; plus généralement, un glissement s'opère, faisant de l'utopie un projet irréalisable, voire irréaliste. En témoignent les renvois synonymiques donnés par le Petit Robert à l'article "utopie" : chimère, illusion, mirage, rêve, rêverie…

  La notion d’Utopie comprend plusieurs dimensions :

 

Qui est athée ?

 Par MARC LEBIEZ -

Philosophe et helléniste. Collaborateur de la Quinzaine littéraire, des Temps modernes, de Critique. Auteur de plusieurs livres dont :

-      Décadence tome 1 : Homère, Éloge d'un philosophe resté païen

-      Décadence tome 2 : Les Premiers Temps Modernes

-      Œdipe Athée

- Le culte du nouveau, la gnose dans la modernité

 Même si l'on ne peut se glisser dans la conscience d'autrui, on peut se faire une idée de ce que représente sa foi pour le croyant. Pour prendre un exemple ancien qui ne portera pas à polémique : on voit à peu près ce qu'ont voulu exprimer les bâtisseurs des cathédrales. La foi ressortit à la subjectivité du croyant. Ce dont nous allons parler sera objectif au sens où il va s'agir de l'objet de cette foi : quand le croyant (ou l'incroyant) dit "Dieu", qu'a-t-il à l'esprit, quel contenu donne-t-il à ce mot ? Cette question relève de la théologie, considérée comme discours rationnel sur Dieu. Elle intéresse autant celui qui se dit athée que celui qui se veut croyant. 

Autour de son livre "Oedipe Athée" (éd. Kimé) Marc Lebiez a évoqué la foi, l''esprit scientifique, l'athéisme,  les éternels questionnement qui préoccupent les humains sur leurs croyances   

La tragédie de Sophocle "Oedipe Roi" illustre le sentiment d'être abandonné des Dieux. Sentiment qui resurgit à travers les siècles, comme l'exprime en particulier le Romantisme Allemand.

Cette conférence a donné lieu à un parcours dans l'histoire, la philosophie et la littérature.